La piraterie menée par les Barbaresques d'Afrique du Nord peut être interprétée dans le contexte des guerres contre l'Espagne. Mustafa était considéré comme le plus talentueux des frères et avait eu le soutien de Pargalı Ibrahim Pacha avant l'exécution de ce dernier en 1536. Barberousse pilla les côtes de Sicile et de Naples avant d'atteindre la France, où François Ier avait installé son état-major à Toulon[39]. Comme l'historien Patrick Balfour l'écrivit : « Il était non seulement un grand militaire, un homme d'épée comme l'avait été son père et son arrière grand-père avant lui mais il différait d'eux car il était également un homme de plume. Il se lia d'amitié avec Pargalı Ibrahim Pacha, un esclave qui devint par la suite l'un de ses plus proches conseillers[2]. Son cou est un peu trop long, son visage est mince et son nez aquilin. Ce code légal devait durer plus de 300 ans[46]. Dans l'océan Indien, Soliman mena plusieurs campagnes navales contre les Portugais qui s'étaient emparés du commerce avec la côte occidentale de l'Inde. La méfiance de Soliman fut accrue après une querelle entre Ibrahim et le ministre des finances Iskender Chelebi. Il a une légère moustache et une courte barbe ; néanmoins il a une présence agréable même si sa peau a tendance à pâlir. L'histoire du règne du sultan Soliman le Magnifique. Ferdinand et son frère Charles Quint furent forcés de signer une humiliante trêve de cinq ans avec Soliman. En conséquence, en 1529, Soliman remonta le Danube et reprit Buda avant d'assiéger Vienne. Biographie courte de Soliman le Magnifique - Soliman Ier dit le Magnifique est né aux alentours du 6 novembre 1494 à Trébizonde, située dans... Soliman le Magnifique : biographie courte, dates, citations, Biographie courte de Soliman le Magnifique, Toutânkhamon : biographie courte du pharaon d'égypte, Roi Arthur : biographie d'un personnage de légende, Louis XI : biographie courte, dates, citations, George VI : biographie courte, dates, citations, Akhenaton : biographie courte, dates, citations, Lord Mountbatten : biographie courte, dates, citations, Henri II Plantagenêt : biographie courte, dates, citations, Édouard III : biographie courte, dates, citations, Henri III : biographie courte, dates, citations, Philippe-Auguste : biographie courte, dates, citations, Philippe le Bel : biographie courte, dates, citations, George V : biographie courte, dates, citations, Mohammed V : biographie courte, dates, citations, Pépin le Bref : biographie courte, dates, citations, Léopold II : biographie courte, dates, citations, Clovis Ier : biographie courte, dates, citations, Louis-Philippe : biographie courte, dates, citations, Henri II : biographie courte, dates, citations, Louis IX dit Saint Louis : biographie courte, dates, citations, Henri IV : biographie courte, dates, citations, Guillaume le Conquérant : biographie du roi d'Angleterre vainqueur d'Hastings, Louis XVI : biographie du dernier roi absolu, guillotiné par son peuple, Jean sans Terre : biographie courte, dates, citations, Louis XVII : biographie courte, dates, citations, Louis VII le Jeune : biographie courte, dates, citations, Louis XII : biographie courte, dates, citations, Hérode Ier le Grand : biographie courte, dates, citations, Attila : biographie courte, dates, citations, Hugues Capet : biographie courte, dates, citations, Louis XIII le Juste : biographie courte, dates, citations, Hassan II : biographie courte, dates, citations, Juan Carlos : biographie courte, dates, citations, Richard Ier Coeur de Lion : biographie courte, dates, citations, Charles X de France : biographie courte, dates, citations, Louis XVIII : biographie courte, dates, citations, Charles VII : biographie courte, dates, citations, Henri VIII : biographie courte, dates, citations, Louis XV : biographie courte, dates, citations, François Ier : biographie courte, dates, citations, Louis XIV : biographie du Roi Soleil, de la Fronde à Versailles. Cependant, d'autres nobles étaient partisans de Jean Zápolya, un noble soutenu par Soliman et donc rejeté par les puissances chrétiennes d'Europe. Avec l'affaiblissement de ses rivaux européens, Soliman s'était assuré un rôle de premier plan dans les affaires européennes. Présent sur trois continents et devenu l'une des grandes puissances mondiales, grâce à sa supériorité milit [] Lire la suite Son Kanune Raya, ou « Code des Rayas » réforma la loi concernant les taxes imposées à ceux-ci. Busbecq, qui avance avoir reçu un rapport d'un témoin, relate les derniers moments de Mustafa. Soliman abandonna la campagne mais conserva ses gains à Tabriz, en Arménie, dans la province de Van et en Géorgie[26]. Ayant consolidé ses conquêtes sur terre, Soliman apprit que l'amiral Andrea Doria, au service de Charles Quint, avait pris la forteresse de Koróni, en Morée (actuel Péloponnèse). Mahidevran fut la première grande amoureuse de Soliman le Magnifique. Il était un grand législateur, apparaissant aux yeux de ses sujets comme un souverain éclairé et un magnanime défenseur de la justice », « qu'à aucun moment, même en Turquie, il n'y eut plus d'encouragement envers la poésie que sous le règne de ce Sultan », « Soliman a parmi ses enfants un fils nommé Mustafa, merveilleusement bien éduqué, prudent et en âge de régner car il n'a que 24 ou 25 ans ; Puisse Dieu empêcher un barbare d'une telle force de nous approcher », « puisse se justifier des crimes dont il était accusé et qu'il n'avait rien à craindre s'il venait, « Les Turcs ont pour eux un puissant empire, des ressources inégalées, l'expérience des armes et surtout l'habitude de la victoire… Pouvons-nous douter de l'issue à venir ?… Lorsque les Turcs se seront entendus avec la Perse, ils voleront jusqu'à nos gorges portés par la puissance de tout l'Est ; je ne puis dire ô combien nous ne sommes pas préparés », « la puissance agricole du pays, le bien-être des paysans, l'abondance de la nourriture et la survie de l'organisation du gouvernement de Soliman », « prit de nombreuses générations d'héritiers décadents à défaire », Notez les quatre niveaux de la tiare, réalisée à, The Ottoman Empire Expands to Egypt and in Europe, 1516-71, Women in World History Curriculum Showcase. De grands amiraux turcs, tels Hadim Suleiman Pacha, Seydi Ali Reis ou Kurtoğlu Hızır Reis (en)[28], furent connus pour leurs voyages dans l'Empire moghol, dans les ports de Thatta, de Surate et de Janjira (en). Son fils Selim lui succède. Peut-être le plus connu pour sa révision du ottoman gouvernement au cours de son règne, Suleiman était connu sous plusieurs noms, y compris « le Législateur ». Sa mère était la sultane validé Hafsa Sultan qui mourut en 1534. Le sultan Soliman a régné durant 46 ans sur l'empire ottoman, de 1520 à 1566. À la tête de son empire en pleine expansion, Soliman instaura des changements législatifs concernant la société, l'éducation, l'économie et le système judiciaire. Soliman ne tarda pas à prendre sa revanche : en 1538, la rapide campagne de Moldavie lui permit d'imposer sa domination à cette principauté roumaine et appuyer son candidat sur le trône de Moldavie le prince Ștefan Lăcusta contre le roi Petru Rareș qui s'est allié avec les Habsbourg et annexe a son empire le sud de la Bessarabie[20].. Depuis cette base, Hadim Suleiman Pacha parvint à prendre le contrôle de tout le Yémen, dont Sanaa[30]. Lorsqu’il succède à son père, Selim Ier le “Terrible”, Soliman est un jeune prince de 25 ans. Le sultan demanda au Shah Tahmasp Ier que Bayezid soit extradé ou exécuté. L'historien de la littérature E. J. W. Gibb observe « qu'à aucun moment, même en Turquie, il n'y eut plus d'encouragement envers la poésie que sous le règne de ce Sultan »[54]. Dans le but d'empêcher l'exécution de ses fils, Hürrem usa de son influence pour éliminer ceux qui soutenaient l'accession au trône de Mustafa[56]. L'échec de Soliman devant Vienne marqua ainsi l'apogée de la puissance ottomane et de son extension territoriale en Europe centrale[19]. Lorsque son jeune fils Mehmed mourut en 1543, il composa un émouvant chronogramme pour commémorer l'année : Sans égal parmi les princes, mon sultan Mehmet[54],[55],[Note 2]. Mon Constantinople, mon Caraman, le centre de mon Anatolie Il existait également des écoles supérieures dont les étudiants pouvaient devenir enseignants ou imams ; elles dépendaient étroitement du pouvoir politique ou religieux, contrairement aux universités européennes médiévales protégées par des privilèges. On avait caché sa mort à l'armée pour qu'elle ne perde pas le moral et on avait ramené son corps a Constantinople dans une voiture close, prétextant qu'il était malade. La bataille semblait être une répétition de la prise de Rhodes car la plupart des villes de Malte avaient été détruites et la moitié des chevaliers étaient morts au combat[40]. Une nouvelle tentative pour prendre Buda en 1532 échoua également car Soliman dut se retirer avant d'atteindre la ville, repoussé par les défenseurs magyars et croates lors du siège de Güns (en). Soliman prêta une attention particulière aux souffrances des rayas, des sujets chrétiens travaillant sur les terres des sipahis. Il était un grand législateur, apparaissant aux yeux de ses sujets comme un souverain éclairé et un magnanime défenseur de la justice »[43]. Les nombreux traités de paix qu'il signe avec Venise, la France ou le shah d'Iran permettent à son empire de prospérer. Aucune proclamation officielle ne fut faite avant le 48e jour suivant son décès, date à laquelle le cortège approchait Belgrade où l'attendait son successeur, Sélim[73]. Soliman 1 er, Soliman Le Magnifique. Alors que les précédents souverains avaient été influencés par la culture iranienne (le père de Soliman, Sélim Ier, écrivait des poèmes en persan), le mécénat artistique de Soliman a permis à l'Empire ottoman de construire son propre héritage artistique[53]. Pour lui, hors de question de maltraiter ces sunnites dont il est désormais le calife, souverain spirituel successeur de Mahomet. La marine ottomane parcourait l'océan Indien de manière régulière depuis l'an 1518. En rupture avec les traditions ottomanes, Soliman épousa l'une des filles de son harem, Roxelane, qui devint Hürrem Sultan ; ses intrigues en tant que reine à la cour et son influence sur le sultan assurèrent sa renommée. Après la mort de son père, il est monté sur le trône en 1520, étant gouverneur de Manisa. Le Ehl-i Hiref attirait les artistes les plus talentueux de tout l'Empire, à la fois du monde islamique et des territoires conquis d'Europe. Il n'y a pas d'autres mots pour qualifier l'impitoyable Soliman ! En 1554, un traité mit fin aux campagnes de Soliman dans la région. En 1553, Soliman lança sa troisième et dernière campagne contre le shah. Une première description de Soliman, quelques semaines après son sacre, est fournie par l'émissaire de Venise, Bartolomeo Contarini : « Âgé de 26 ans, il est grand mais maigre avec un teint délicat. Des centaines de sociétés artistiques impériales (appelées Ehl-i Hiref, « communauté des Talentueux ») étaient administrées depuis le palais impérial de Topkapı. La nouvelle de la chute de l'un des bastions de la Chrétienté sema la peur dans toute l'Europe. Robert Mantran, Istanbul au siècle de Soliman le Magnifique, Hachette Littératures, Paris, 2008, 350 p. (ISBN 978-2-01-279487-0) Nicolas de Nicolay, Dans l'empire de Soliman le Magnifique (présenté et annoté par Marie-Christine Gomez-Géraud et Stéphane Yérasimos), Presses du CNRS, Paris, 1989, 309 p. (ISBN 2-87682-032-3) Soliman reçut des rapports concernant l'insolence d'Ibrahim durant une campagne contre les Séfévides d'Iran, en particulier le fait qu'il ait adopté le titre de « sultan sérasker », ce qui était vu comme un affront envers Soliman[67]. Son premier acte de clémence : la libération de plusieurs centaines de mamelouks que Selim Ier avait fait déporter lors de la conquête de la Syrie et de l’Egypte en 1516-1517. C'est dans la nuit du 5 au 6 septembre 1566[71], soit la veille avant la victoire ottomane lors du siège de Szigetvár, que Soliman serait décédé, dans sa tente en terre hongroise. Elle mena à la mort du roi Louis II de Hongrie, à la prise de Buda, à l'occupation de la Transylvanie, à la ruine d'un royaume florissant et à la peur des nations voisines de subir le même sort… »[9]. Soliman était lui-même un poète accompli, écrivant en persan et en turc sous le nom de Muhibbi (Amoureux). De plus, l'empereur moghol Akbar échangea six documents avec Soliman, attestant des relations qu'entretenaient les deux principaux empires musulmans de l'époque[28],[29]. Il mena ses armées à la conquête des bastions chrétiens de Belgrade, de Rhodes et de la Hongrie avant de devoir s'arrêter devant Vienne en 1529. Soliman prit également des mesures pour protéger les sujets juifs de son empire. Le sultan chercha à transformer Constantinople en centre de la civilisation islamique avec une série de projets dont des ponts, des mosquées, des palais et divers établissements sociaux. À l'âge de sept ans, il fut envoyé à l'école du palais de Topkapı à Constantinople (Istanbul) pour y étudier les sciences, l'histoire, la littérature, la théologie et les tactiques militaires. Deux événements en particulier précipitèrent le conflit. Les Perses conservaient Tabriz et leurs territoires du nord-ouest mais Soliman s'emparait de Bagdad, de la Mésopotamie, des embouchures du Tigre et de l'Euphrate et donc d'un débouché dans le golfe Persique[27]. Ibrahim était initialement un Grec de confession orthodoxe, originaire de Parga, en Épire[63],[64]. Loin des légendes noires, Robert Mantran nous explique ici comment cet immense ensemble permit à tant de peuples, pendant cinq cents ans, de cohabiter en paix.